LES ÉCRITURE DE RÉGULARISATION DE L'AMORTISSEMENT COMPTABLE

EN CONSTRUCTION

1.1 LES AMORTISSEMENTS

Introduction

Les amortissements représentent la répartition du coût du bien sur sa vie utile. Ils constituent des dépenses, mais non des déboursés. Les déboursés ont déjà eu lieu, lors de l’acquisition et du remboursement des biens à amortir. L’amortissement n’a pas pour objectif de déterminer la valeur de l’actif, mais plutôt la répartition du coût.

L’amortissement est donc la part de dépense d’un bien qui a servi aux opérations de l’entreprise.

Il faut considérer deux types d’amortissement : l’amortissement linéaire et l’amortissement dégressif.

L’amortissement linéaire prend pour acquis que le bien va s’user régulièrement durant une période donnée et qu’à la fin de cette période, le bien n’aura plus de valeur comptable ou qu’il aura seulement une valeur symbolique. Dans ce cas, vous devrez amortir le montant total du bien uniformément sur chacune des périodes de sa durée de vie totale. Ainsi, un bien acquis au montant de 6,000$ avec une durée d’utilisation estimée de 5 ans sera amorti à raison de 1200$ par année. Ex : Amélioration locative

L’amortissement dégressif est celui utilisé par le gouvernement dans votre déclaration d’impôt. Ce type d’amortissement juge que le bien se dépréciera beaucoup plus rapidement dans sa phase initiale que dans sa phase finale. Implicitement, ce type de calcul tente de calculer la valeur d’usure (amortissement) en calculant la différence entre la valeur marchande à l’acquisition et la valeur marchande actuelle. Le montant d’usure sera toujours approximatif mais l’amortissement dégressif tente de refléter la réelle valeur de revente des biens dans les livres comptables de l’entreprise. En général, l’amortissement linéaire s’effectuera en pourcentage et plus le bien perd de la valeur rapidement plus le pourcentage d’amortissement sera élevé.

La comptabilisation de l’amortissement se fait dans des comptes de contrepartie parce que l’amortissement est une estimation et qu’il permet au comptable de retracer plus facilement le coût d’acquisition des immobilisations.

Les méthodes d’amortissement

Les méthodes d'amortissement sont nombreuses en comptabilité. Il existe plusieurs méthodes d’amortissement des actifs d’une entreprise. La profession comptable, contrairement aux méthodes d’amortissement fiscales, ne spécifie pas le type de méthode d’amortissement que l’on doit utiliser. Par contre, l’entreprise doit choisir la méthode qui lui convient le mieux en considérant le concept du rattachement des charges aux produits. Toutefois, lorsque l’entreprise a choisi une méthode comptable pour l’amortissement de ses actifs, elle doit appliquer la même méthode pendant les années ultérieures afin de permettre une meilleure comparaison de l’information financière.

En général, les deux méthodes d’amortissement ci-dessous sont le plus souvent utilisées :

  • La méthode de l’amortissement linéaire;
  • La méthode de l’amortissement dégressif à taux constant.

L’amortissement linéaire

L’amortissement linéaire calcule la charge d’amortissement également chaque année complète selon la durée de vie utile de l’immobilisation utilisée.

Cette méthode d’amortissement répartit le coût d’un actif moins sa valeur résiduelle sur une période de temps.

Amortissement = (Coût de l’actif – Valeur résiduelle) ÷ Durée de vie utile

L’amortissement dégressif à taux constant

L’amortissement dégressif à taux constant calcule la charge d’amortissement sur la valeur comptable à la fin de l’exercice financier. La valeur comptable représente le coût de l’actif moins l’amortissement cumulé à la date du calcul.

Cette méthode d’amortissement réparti plus important dans les premières années de l’utilisation de l’actif en s’appuyant sur le principe que l’actif est moins performant dans les premières années.

Cette méthode ne tient pas compte de la valeur résiduelle de l’actif, mais la valeur comptable ne doit pas être inférieure à la valeur résiduelle.

Amortissement = Valeur comptable de l’actif x Taux d’amortissement

Le taux d’amortissement est calculé en doublant la valeur du taux de l’amortissement linéaire

100 % = 20 %

5 ans

20% X 2 = 40%

Exemple : Amortissement comptable du matériel roulant

Le nom du compte utilisé pour comptabiliser les automobiles porte généralement le nom de matériel roulant. Il  peut représenter un automobile, un camion ou une fourgonnette que l’entreprise possède pour les fins de son exploitation.

Date du début de l’exercice financier : 1er janvier 20X8

Date de fin de l’exercice financier : 31 décembre 20X8

Date d’acquisition : 1er juillet 20X8

Coût d’acquisition : 35,000 $

Valeur résiduelle ou de récupération : 10,000 $

Durée de vie utile estimative : 5 ans

Amortissement linéaire du matériel roulant

Étape 1 : Le calcul du montant amortissable

Coût d’acquisition moins valeur de récupération

35,000 $ - 10,000 $ = 25,000 $

Étape 2 : Le calcul de l’amortissement annuel

Montant amortissable divisé par la vie utile estimative

25,000 $ / 5 ans = 5, 000 $

Étape 3 : Le calcul de l’amortissement de la période

Amortissement annuel multiplié par le nombre de mois d’utilisation divisé par 12 mois

5,000 $ x 6 mois / 12 mois = 2,500 $

Étape 4 : L’écriture de régularisation dans le journal général

Amortissement dégressif du matériel roulant

Étape 1 : Le calcul du montant amortissable

Coût d’acquisition

35,000 $

Étape 2 : Le calcul de l’amortissement annuel

Coût d’acquisition multiplié par le taux

35,000 $ x 20% = 7,000 $ par année

Étape 3 : Le calcul de l’amortissement de la période

Amortissement annuel multiplié par le nombre de mois d’utilisation divisé par 12 mois

7,000 $ x 6 mois / 12 mois = 3,500 $

Étape 4 : L’écriture de régularisation dans le journal général

Contenu associé

SAGBOX-Académie

Formation comptabilité